Tout savoir sur le syndrome de Diogene

Qu'est-ce que le syndrome de Diogène ?

Le syndrome de Diogène est un trouble du comportement qui est assez particulier. Cette maladie se caractérise par une hygiène totalement délaissée et un entretien inexistant au sein de leur logement. Étant un trouble du comportement, l'apparition de cette maladie est progressive: on commence par entasser tout et rien pour ensuite ne plus accorder la moinder imporatance à son environnement.Cette maladie est recensée comme faisant partie des "entasseurs pathologiques".
Selon des études menées, on recense près de 15000 individus touchés par ce syndrome.

Syndrome de Diogène Voilà une photo représentant la maison d'un individu atteint du syndrome de Diogène

Historique sur la découverte de la maladie

Des études sur cette maladie ont débutées en 1966. Mais à cette époque, ce trouble du comportement n'avait pas encore de dénomination. C'est en 1975 alors que Clark donne à ce trouble le nom de "syndrome de Diogène", en référence à Diogène.

Diogène était un philosophe grec qui a vécu durant le 5ème siècle avant Jésus-Christ.Il était une figure clé du cynisme ainsi qu'un disciple d'Antisthène, c'est pour cette raison que l'on le nommait Diogène le cynique. C'est en voulant se rapprocher de la nature mais également en aspirant à une liberté mentale ainsi que matérielle que Diogène décida de mener une vie "libre". Il n'avait donc plus aucun bien, y compris de vêtements et se vêtit d'un tonneau comme un ascète. Il ne se lavait point et émettait de ce fait des odeurs plus que nauséabondes. Il vivait sale et seul car il était solitaire.

Les personnes touchées par ce syndrome

En général, les adultes sont les plus touchés par cette maladie, cependant, il est tout à fait possible qu'un adolescent ou encore un enfant en soit atteint. Cependant, il ne faut pas croire que seules les personnes ayant des difficultés financières y sont sujettes. En effet, des personnes riches peuvent également être atteintes de cette maladie, due à une peur maladive de se retrouver un jour dans le besoin. Ces derniers préfèrent donc s'habituer à vivre dans des conditions de vie peu recommandables pour réduire le choc d'une éventuelle crise pécuniaire et économiser au maximum sans se rendre copte de l'ampleur de leurs économies.

Les malades du syndrome de Diogène ont également de fortes personnalités: excentrique,brillant ou encore attachant,... il ne faut donc pas croire qu'il existe un profil de personnes plus sujets que d'autres.

Cette maladie est généralement accompagnée de troubles psychiatriques tel que le délire chronique, la dépression, la schizophrénie,le déni, la démence,... Mais il est également possible qu'aucun trouble psychiatrique ne se manifeste.Il ne faut donc pas penser que si aucun trouble psychiatrique n'est diagnostiqué, il ne s'agit pas de syndrome de Diogène ou encore croire qu'il y a un trouble psychiatrique est latent chez toutes les personnes atteintes de cette maladie.Cependant, selon une étude menée sur des malades du syndrome de Diogène, la prévalence d'un trouble psychiatrique s'élèverait à moins de 80% chez les adultes alors que chez les malades plus jeunes, elle est de 100%.

Les symptômes du syndrome de Diogène

Selon les études menées, l'apparition de cette maladie serait principalement due à un choc émotionnel très puissant (décès d'un proche, rupture avec son conjoint,...). Dû au caractère solitaire et isolé des personnes atteintes du syndrome, il n'est guère aisé de "dépister" cette maladie. En effet, seuls les proches ou amis rendant visite à l'individu peuvent s'en rendre compte car la manifestation de cette maladie se fait par le biais d'une hygiène douteuse, voire inexistante et également des conditions de vie peu salubres, alors que les individus malades sont assez réticents à l'idée de faire entrer des gens dans leur logement, même s'il s'agit de personnes très proches. Mais généralement, des cas de syndrome de Diogène sont dépistés car les voisins de la personne malade se plaignent d'odeur nauséabonde insupportable provenant du logement de ce dernier.

Il est tout à fait plausible que les malades atteint de ce syndrome se mettent à collectionner des détritus, des excréments, des vieilles boites en carton ou d'autres objets inutiles, c'est-à-dire, soient atteints de syllogomanie.

Les malades sont également dans un déni total et ne se rendront jamais compte des conditions dans lesquelles ils vivent, ni du ridicule de leur collection.
Un diagnostic clinique est donc de rigueur, suivi d'une visite de l'habitat du maladie en parallèle.

Les traitements du syndrome de Diogène

Leur demander de se reprendre en main sera inutile puisque les personnes atteintes de syndrome de Diogène sont souvent dans un déni total.Il sera de donc rigueur de retirer le malade de son environnement de force, pour au final le réinsérer dans un environnement propre et salubre. En effet, continuer de vivre dans des conditions de vie peu salubres pourrait au long terme entrainer d'autres maladies.Mais avant de réinsérer le malade dans un environnement plus propre, un internement au sein d'un hôpital spécialisé ou encore une unité de gériatrie dans le cas où il s'agirait de personnes âgées, est nécessaire pour permettre un suivi du malade et éviter d'éventuelles rechutes.

Dans le cas où il est impossible de placer le malade dans une institution, ses proches peuvent également s'arranger pour le faire habiter avec des proches dans un nouveau milieu et s'arranger pour que des médecins fassent des suivi réguliers du malade.

Cité précédemment,le syndrome de Diogène est généralement accompagné de troubles psychiatriques. En parallèle,il est de ce fait primordial de traiter ses problèmes psychiatriques afin de permettre une guérison plus rapide et durable aux patients.

L'éthique dans la prise en charge des patients

Il est à noter que les proches du malade devront s'armer de patience car des changements trop brusques ainsi que drastiques peuvent entrainer des suicides des malades ou encore des dépressions.

Video sur le syndrome de Diogène

Vous vous demandez bien à quoi peut ressembler la maison ou tout du moins l'environnment dans lequel vis une personne atteinte par le syndrome de Diogène? Alors voici une petite vidéo qui vous présentera la maison d'une personne. Dans cette vidéo vous pourrez constater l'énorme quantité de détritus présent dans la maison. Avec le temps et l'empilement des déchets certaines pièces deviennent innaccessible. Ici par exemple la chambre à coucher est désormais dans le salon et elle a été installée au dessus d'une grosse couche de déchets. Cette vidéo est assez impressionante quand on a jamais vu à quoi ressemblait l'environnement vital d'une personne souffrant du syndrome de Diogène.

Les commentaires

  1. Pouliquen Pierre dit:

    Pourquoi avoir utilisé le nom de DIOGENE pour un syndrome d'accumulation compulsif et inconscient alors que Diogène n'a fait que de prôner toute sa vie exactement l'inverse, à savoir le dénuement conscient!!! Quel renversement !!! Mais surtout quelle ignorance !!! Quelle insulte à la mémoire de ce pauvre homme!!!
    Une anecdote: voyant un enfant buvant l'eau d'une fontaine dans le creux de sa main, Diogène jette son Gobelet, se demandant pourquoi il se complique la vie !!!
    Sans rectification voire des excuses, cela montrera que votre monde intellectuel fonctionne de manière moutonnière.
    PP

  2. Constache dit:

    ça fait un peu mal de commenter après le post de "pépé" mais je vais essayer de démontrer que la tolérance existe.
    Ceci n'était qu'une touptite introduction, et ne vous en étonnez pas, s'il vous plaît, dans mon fonctionnement personnel comme dans mes choix de vie et ma manière de m'exprimer, l'ordre foisonnant et désarticulé de mon désordre se retrouve. Et je m'y retrouve.
    Oui, je suis diogène, je suis une "diogène". Sauf que je ne suis pas dans le déni (ce qui n'est pas du tout confortable psychologiquement, je vous le dis).
    Vu la date du commentaire précédent et l'absence de réponse, j'ignore si ce site est à l'abandon.
    Je voulais déjà me signaler activement comme lectrice.
    Merci.
    C'S'tache

  3. Constache dit:

    D'ailleurs, monsieur pp, puisque vous êtes passé sur ce site, je serais curieuse d'en savoir la cause... Curieuse aussi comment sera reçue votre exigence de rectification et d'excuse par le professeur Clark qui a donné en 1975 le nom de "syndrome de Diogène" au trouble avancé de syllogomanie...
    D'ailleurs, je confirme que je me sens très proche de la philosophie de Diogène, et que j'aspire pareillement particulièrement intensément à la liberté (que paradoxalement ma "pathologie" m'apporte). Et... Enfin, relisez tout ce qui est resté des idées de Diogène, ce sera plus simple...

  4. Constache dit:

    Les yeux me sortent de la tête à lire plus attentivement certaines parties de vos avis (professionnels? au secours...) je me retire précipitamment de vos lectrices, ce n'est certainement pas ici que je peux espérer trouver de l'aide et du soutien.
    -
    Je suppose que vous êtes tout de même au courant des études (vraiment professionnelles, elles) qui expliquent que (je cite l'article "Le syndrome de Diogène, une approche transnosographique"(9-2004-30-4-0013-7006-101019) de Hanon, Pinquier, Gaddour, Saïd, Mathis et Pellerin): "En dehors des situations mettant en jeu le pronostic vital, l’hospitalisation doit être évitée autant que possible au profit de solutions ambulatoires et de mesures sociales. La prescription de traitements psychotropes peut être nécessaire et dépend du tableau clinique et de la pathologie psychiatrique éventuellement retrouvée. Bien que plusieurs hypothèses cliniques aient été émises, la question d’un substrat étiopathogénique à ce trouble reste ouverte. La plupart des auteurs s’accordent pour dire que ce comportement n’est pas le reflet de l’expression du libre arbitre et par conséquent n’aurait aucun rapport avec le philosophe grec, Diogène de Sinope, qui enseignait le cynisme et le retour à la vie naturelle. Les critères diagnostiques développés n’ont pas fait l’objet de consensus, ils reprennent les principaux éléments qui définissent le syndrome et excluent pratiquement tout syndrome psychiatrique. Clark et Mankikar, les auteurs qui ont dénommé ce syndrome, pensent qu’il s’agit soit d’un mode de défense du sujet âgé en réaction à un stress, soit d’une évolution naturelle liée au vieillissement. Cependant, diverses pathologies psychiatriques et neurologiques ont été retrouvées associées au syndrome de Diogène. Dans la littérature, il est ainsi décrit des cas de psychoses paranoïdes, de psychoses paranoïaques, de troubles de l’humeur et de troubles obsessionnels compulsifs. L’addiction à l’alcool semble davantage un facteur aggravant qu’un facteur précipitant. La présence d’un syndrome de Diogène doit également faire rechercher une pathologie démentielle et notamment une démence fronto-temporale. Finalement, le rôle de ces pathologies dans la genèse de ce trouble reste indéterminé : s’agit-il de facteurs déclenchants, comorbides ou étiologiques ? Doit-on parler de ce syndrome en tant que « maladie » ou en tant que « symptôme » ? Nous proposons d’aborder le syndrome de Diogène comme un trouble du comportement et d’en distinguer 2 types : le syndrome de Diogène « actif » et « passif ». Les patients « actifs » entassent dedans ce qu’ils récoltent dehors et remplissent leur intérieur pour combler le vide d’une existence qui se dégrade et qui perd son attrait narcissique. Les patients « passifs » se font envahir passivement par leurs déchets et se laissent déborder par les accumulations qui s’entassent par défaut, par manque. Enfin, dans une démarche de compréhension psychopathologique de ce comportement, nous nous référons aux théories psychanalytiques du Moi-peau décrites par Anzieu. Le Moi-peau représente une structuration de l’appareil psychique fondée sur le principe que « toute fonction psychique se développe par appui sur une fonction corporelle dont elle transpose le fonctionnement sur le plan mental ». La peau recouvre alors 3 fonctions : celle d’enveloppe contenant, celle de barrière protectrice du psychisme et celle de lieu d’échanges. Le Moi-peau est organisé en « double paroi », à la fois barrière (mécanismes de défense psychiques) et filtre (entre le psychisme et le monde extérieur) et préserve ainsi la relation et la cohésion « contenant-contenu ». Lorsqu’une blessure narcissique intervient, le Moi-peau s’altère et perd sa fonction de contenant. Dans le syndrome de Diogène, les objets accumulés viennent « suturer » ce Moi-peau et le logement devient de nouveau « étanche », et par la même occasion s’oppose à toute intervention extérieure. Ce comportement revêt donc une fonction de suture psychique, de colmatage mais aussi et surtout une fonction vitale, comme un « aménagement pour la survie »."

Poster un commentaire